Forums HM/AVHD: Cambridge Audio Topaz SR20 - Forums HM/AVHD

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Cambridge Audio Topaz SR20 Article publié le 19/06/2015

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Pierre Dubarry Icône

  • Passionné
  • PipPipPipPip
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 408
  • Inscrit(e) : 02-juin 08

Posté 19 juin 2015 - 06:49

Tout juste 5 ans après le Topaz SR10, Cambridge Audio annonçait lors du dernier CES un renouvellement de son entrée de gamme avec le Topaz SR20. Un amplificateur intégré stéréo qui joue essentiellement la carte du rapport qualité/prix, avec un prix d'appel à moins de 500 euros. Une bonne affaire en perspective ?

Cambridge Audio Topaz SR20

Malgré ses allures de successeur au SR10, le Topaz SR20 est bel et bien une nouvelle référence au sein de la gamme d'intégrés HiFi du fabricant britannique. Au premier coup d'oeil, les changements ne sont pourtant pas forcément évidents, puisque l'on retrouve le design monolithique traditionnel cher à Cambridge Audio ; le châssis affiche d'ailleurs une ressemblance étonnante avec l'ampli A/V 551R. La qualité de construction et de finition n'en reste pas moins sérieuse, comme toujours chez Cambridge, à commencer justement par un châssis métallique à faible résonance, acoustiquement amorti. La façade accueille le traditionnel afficheur LCD (bleu) ainsi que quelques touches pour accéder au menu, changer de sources ou de sortie d'enceintes, etc. Une sortie casque et une entrée MP3 sont également présentes.

Cambridge Audio Topaz SR20  Cambridge Audio Topaz SR20  Cambridge Audio Topaz SR20

À l'arrière, la principale différence que l'on remarque provient de l'ajout d'entrées numériques, et plus précisément 2 optiques et 1 coaxiale pour brancher un téléviseur, un lecteur Blu-ray ou un lecteur multimédia. On trouve également 5 entrées analogiques RCA, dont 1 Phono pour raccorder une platine vinyle MM/MC et 1 Rec., 1 Pre-out pour raccorder un caisson de grave, 4 paires de borniers, et une prise secteur détachable. Une connectique globalement honnête dans cette catégorie de prix, cependant, une entrée USB aurait été plus appréciée qu'une désuète entrée MP3...

Cambridge Audio Topaz SR20

Le Topaz SR20 se distingue également du SR10 par le choix des composants, tout du moins sur un point : l'intégration d'un DAC Wolfson WM8728, le même qui équipe notamment l'Azur 651A. L'ampli intègre également un étage Phono MM, tandis que le circuit d'amplification, qui atteint une puissance généreuse de 2 x 100 W sous 8 ohms, est alimenté en courant par un large transformateur toroïdal, entièrement blindé. L'ensemble est refroidit par un dissipateur thermique avec ailettes en aluminium, l'air est expulsé en bout de pièce par un ventilateur. Honorable.

Cambridge Audio Topaz SR20  Cambridge Audio Topaz SR20  Cambridge Audio Topaz SR20

Enfin, l'ampli est livré avec une télécommande relativement basique, qui permet également de piloter un lecteur CD Topaz CD5/CD10.

Configuration de test :

  • Amplificateur intégré stéréo Cambridge Audio Topaz SR20
  • Enceintes : Magnat Quantum 677, Quantum 673
  • Caissons : B&W ASW750, SVS PB2000
  • Lecteur Blu-ray Oppo BDP-103EU
  • HTPC fanless + carte son Xonar Essence STX
  • Câbles de modulation Oehlbach Silver, Wireworld Luna 7, QED
  • Filtre secteur Oehlbach 907

écoutes du Cambridge Audio Topaz SR20 : une question d'efficacité avant tout


Cambridge Audio Topaz SR20

Si le fabricant a récemment revu ses prétentions à la hausse avec sa nouvelle gamme CX, il n'en oublie pas pour autant son entrée de gamme. La gamme Azur s'est toujours fait remarquer par son attractivité, comme l'illustre aujourd'hui le Topaz SR20.

Dès les premières heures d'utilisation, le petit dernier de Cambridge étonne agréablement, tout d'abord par son honorable réserve de puissance disponible. Les 50 W par canal en Classe AB offrent largement de quoi alimenter une paire de bibliothèques, voire une bonne paire colonne, à condition bien entendu de rester «raisonnable» histoire de ne pas le voir s'essouffler trop rapidement, notamment en considérant que le SR20 est conçu pour sonoriser des espaces relativement modestes. Idéalement dans une pièce inférieure à 20 m². Cependant, comme la plupart des amplificateurs dans cette catégorie de prix, il faudra pousser le potentiomètre au 1/3 pour profiter d'un niveau d'écoute confortable. Toutefois, inutile de le bousculer dans ses derniers retranchements pour le voir s'exprimer à gorge déployée, sous peine d'ailleurs de voir apparaître les premières traces de distorsion.

Le principal atout du Topaz SR20 n'en reste pas moins le choix du DAC Wolfson, un changement qui marque un net écart avec le SR10, un intégré sympathique, mais qui avait tendance à montrer (trop)  rapidement ses limites. Dans le cas présent, le nouveau Topaz marque clairement sa différence, en matière de puissance comme nous l'évoquions plus haut, mais aussi et surtout en matière de musicalité, ou il lorgne très clairement du côté de références comme le 351A. Le SR20 est un ampli relativement facile à vivre au quotidien, mais qui se démarque avant tout par son caractère engageant, débordant de vie.

Cambridge Audio Topaz SR20

Le médium en particulier, avec une reproduction des vocales de belle facture avec juste ce qu'il de rondeurs et de matière, à l'instar du timbre grave et très rugueux du bluesman Big Daddy Wilson sur Time to Move, ou sa capacité à conserver le caractère suave et lancinant de Kate Edmonson sur You Said Enough. Le haut du spectre se démarque quant à lui par sa transparence et un joli sens du détail. Toutefois attention aux enceintes qui lui seront associées, son côté incisif sur l'aigu pourrait se transformer en un motif de crispation. Pour éviter ce cas de figure, mieux vaudra lui adjoindre une enceinte relativement douce. Le grave quant à lui frappe juste, il montre une bonne agilité et une extension des plus correctes lors des écoutes en stéréo ou en 2.1, pour ceux qui souhaitent ajouter un caisson en complément.

Le seul gros reproche qu'on peut lui faire globalement provient de sa profondeur d'écoute, quelque peu limitée. Si l'image sonore demeure correctement détaillée, comme sur le Driftin' door to door d'Eric Bibb ou l'alternance entre cordes pincées et frottées est palpable, il pêche davantage lorsqu'il s'agit d'imager de manière précise et fluide les morceaux qui demande davantage de dextérité, à l'image de l'introduction de Conspiracy Generation ou la puissance des trompettes conduites par Ibrahim Maalouf, malgré une belle présence au premier plan, a tendance a un peu trop effacer la batterie en accompagnement.

Conclusion : une alternative à considérer

Sans bouleverser la hiérarchie au sein de la gamme Azur, Cambridge Audio propose avec le Topaz SR20 un amplificateur stéréo « vivant » qui étoffe de manière cohérente son entrée de gamme, quitte à faire de l'ombre au SR10 dont l'attrait est aujourd'hui sensiblement réduit.

Il n'est pas exempt de tout reproche pour autant, puisque l'on regrette toujours cette profondeur d'écoute quelque peu limitée qui l'empêche de passer un véritable cap. Néanmoins en contrepartie, il s'avère d'une générosité sans faille et délivre une musicalité plaisante, quel que soit le type de musique écoutée. Un ampli que je conseillerais essentiellement dans le cadre d'une première petite installation HiFi, voire pour sonoriser une seconde pièce d'écoute.

{note#
Construction et qualité d'assemblage|
Une bonne réserve de puissance|
Un médium aux rondeurs plaisantes|
Un grave ferme et tendu|
Une image sonore vivante|
L'entrée Phono pour une platine vinyle et son tuner FM|
Un rapport qualité/prix intéressant#
Le design austère|
Une profondeur d'écoute limitée|
Absence d'entrée USB|
Attention aux enceintes montantes (cf : aigus transparents)|
L'Azur 651A n'est pas loin...}

Lire la suite...
"Dans la lumière du jour, même les sons brillent..."
Wim Wenders
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet